Oublier la Révolution tranquille

Retour au catalogue

Oublier la Révolution tranquille

  • Pour une nouvelle socialité

L'idée selon laquelle la Révolution tranquille constitue le moment où le Québec, se débarrassant enfin du corset d'une tradition sclérosée, entre corps et âme dans la modernité libératrice modèle depuis quarante ans l'imaginaire québécois. Or, cette vision des choses n'est pas seulement erronée, elle est funeste. Elle est fausse en ceci que, comme divers travaux d'histoire et de sociologie le montrent depuis longtemps déjà, le retard de la société canadienne-française avant 1960 relève plus de l'invention que de la réalité. Mais elle est aussi funeste, car elle cautionne une entreprise qui a, en même temps qu'elle laissait l'État envahir la vie des Québécois, «mis en place un processus de décapitalisation sociale, d'érosion du soubassement social, qui a eu des effets néfastes sur la croissance économique du Québec, son bien-être et son progrès». À travers cette critique radicale de la Révolution tranquille — de l'historiographie qui la fonde aussi bien que de la pratique qui l'incarne —, Gilles Paquet entend en fait retrouver ce que celle-ci a oublié, érodé ou détruit, c'est-à-dire le capital communautaire concret et pluriel qui assure à la socioéconomie sens et dynamisme.






  • Prix: 23 $ CAD | 21 € Euro
  • Date de parution: 6 avril 1999
  • Collection:
  • Catégorie: Histoire
  • Traducteur:
  • Préface:

  • Auteur: GIlles Paquet Fiche de l'auteur


Informations supplémentaires

  • ISBN: 978-2-921569-65-1 | e-ISBN:
  • Illustrations: |Nombre de pages: 162
  • Format: 9 po / 23 cm | 6 po / 15 cm | Poids: g

Disponibilité et code

  • Code du produit au Canada: | Statut: Épuisé
  • Code du produit en France: | Statut: Épuisé
  • Code du produit en Suisse: | Statut: Épuisé
portfolio image
Retour au catalogue

Paquet Gilles

Gilles Paquet est professeur émérite et directeur de recherches au Centre d’études en gouvernance de l’université d’Ottawa. Économiste, journaliste, il a publié ou dirigé plusieurs ouvrages et écrit un grand nombre d’articles scientifiques. Aux éditions Liber il a publié Oublier la Révolution tranquille (1999), Pathologies de gouvernance (2004), Gouvernance: une invitation à la subversion (2005) et Gouvernance mode d’emploi (2008).